Justice : Juste un SMS pour tout savoir sur la délivrance de six actes usuels !

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, René Bagoro, a procédé, ce mardi 17 septembre 2019, à Ouagadougou, au lancement officiel du système de messagerie SMS sur les actes usuels délivrés par la Justice. Il justifie ledit acte (le lancement) par le fait qu’il faut rendre plus accessible les informations sur les services offerts dans les juridictions et de disposer d’un outil de communication plus efficace. Lire la suite…

Partagez

Rencontre HCRUN- militaires radiés et fonctionnaires de police révoqués de 2011 :  des mécontents quittent la salle pendant les échanges 

Ce vendredi 13 septembre 2019 s’est tenue à Ouagadougou, une rencontre entre le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) et les militaires radiés et fonctionnaires de police révoqués à la suite des événements de 2011. A l’ordre du jour, le décret relatif à leur radiation et révocation du corps de métiers de la Police et de l’Armée. Lire la suite…

Partagez

Biosécurité au Burkina Faso : Toute une histoire

Classé parmi les meilleurs en Afrique en matière de biosécurité et biotechnologie, le Burkina Faso a, le lundi 02 septembre 2019, inauguré un laboratoire national de référence à son bénéfice ainsi qu’à celui des pays de la sous-région. Il compte ainsi, conforter sa place actuelle, voire la dépasser. Mais, quelle est l’histoire de la biosécurité au pays des Hommes intègres ? Lire la suite…

Partagez

Procès du putsch de septembe 2015 : Les absents condamnés entre 10 à 30 ans de prison fermes  

Ceci est le jugement par défaut rendu par le tribunal militaire de Ouagadougou le mardi 3 septembre 2019.

PAR CES MOTIFS;

Statuant publiquement, par défaut en matière criminelle et en premier ressort :

-Déclare les faits d’attentat à la surété de l’Etat constitués à l’encontre de l’accusé SONGOTOUA Zakaria et l’en déclare coupable;

-Déclare les faits de complicité d’attentat à la surété de l’Etat constitués à l’encontre des accusés:

  1. TRAORE Abdoul Karim André;
  2. KAGAMBEGA Timpoko Marguérite;
  3. KABORE Emile René;
  4. DIENDERE/DIALLO Fatoumata;
  5. BOUGOUMA/KAGONE Tené Alima;
  6. Colonel DEKA Mahamady et les en déclare coupables;

-Déclare  constitués les faits de dégradation volontaire aggravée de biens reprochés à :

  1. KAGAMBEGA Timpoko Marguérite;
  2. ZOUGNOMA Issoufou et les en déclare coupables;

Déclare constitués les faits de  complicité de dégradation volontaire aggravée de biens  reprochés au colonel DEKA Mahamady et l’en déclare coupable;

-Déclare constitués les faits de meurtre à l’encontre des accusés :

  1. TRAORE Abdoul Karim André;
  2. KABORE Emile René;
  3. DIENDERE/DIALLO Fatoumata;
  4. Colonel DEKA Mahamdy;
  5. SONGOTOUA Zakaria et les en déclare coupables;

-Déclare constitués les faits de coups et blessures volontaires à l’encontre des accusés :

  1. TRAORE Abdoul Karim André;
  2. KAGAMBEGA Timpoko dite Marguérite;
  3. KABORE Emile René;
  4. DIENDERE/DIALLO Fatoumata;
  5. BOUGOUMA/KAGONE Tené Alima;
  6. SONGOTOUA Zakaria;
  7. Colonel DEKA Mahamdy;
  8. ZOUGNOMA Issoufou et les en déclare coupables;

-Déclare constitués les faits de complicité de violences et voie de fait sur autrui à l’encontre de l’accusé :Colonel DEKA Mahamady et l’en déclare coupable;

En repression condamne:

– TRAORE Abdoul Karim André, KABORE Emile René, DIENDERE/DIALLO Fatoumata, BOUGOUMA/KAGONE Tené Alima, SONGOTOUA Zakaria, Colonel DEKA Mahamady à trente (30) ans de prison ferme;

-KAGAMBEGA Timpoko Marguérite à vingt (20) ans de prison ferme;

-ZOUGNOMA Issoufou à dix (10) ans de prison ferme;

Les condamne aux dépens.

Partagez

Droits digitaux au Burkina Faso : « Il faut laisser le journaliste faire son travail », Ousmane Paré de l’AJB

A la faveur d’un café citoyen sur les droits digitaux (les droits de l’internet), initié par le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA), différents panélistes ont intervenu, à tour de rôle, sur la modification assez récente du code pénal en lien avec la régulation de l’usage d’internet et des réseaux sociaux. C’était le mardi 27 août à Ouagadougou. Lire la suite…

Partagez