La Tribune du Faso

Construction d’une centrale nucléaire au Burkina Faso : La venue des techniciens russes au Burkina, prochaine étape  

Le Ministre en charge de l’énergie, Yacouba Zabré GOUBA et le Directeur Général de ROSATOM, le géant russe de l’énergie atomique, Alexey LIKHACHEV, ont signé le mercredi 5 juin 2024 à Saint-Pétersbourg, trois mémorandums relatifs à la construction de la première centrale nucléaire du Burkina Faso.  Lire la suite…

Partagez

Elie Kaboré, expert en financement de la dette en Afrique : « Si on prend une dette pour aller construire un stade où il n’y a pas de joueurs, cela cause un problème »

Présent à Abidjan (Côte d’Ivoire) pour la 4e édition de l’initiative médiatique du forum et réseau africain sur la dette africaine et le développement (AFROMEDI), tenue du 19 au 21 mars 2024, le Directeur de publication du média en ligne MineActu.info, Elie Kaboré a été interrogé par la radio de la paix cité Côte d’Ivoire. Il s’est agit pour lui de parler du rôle des journalistes dans la promotion de la transparence dans le financement des dettes en Afrique. Lisez plutôt !

Radio de la paix : Pourquoi les journalistes africains doivent investiguer sur la question de la dette contractée par les différents pays africains ?

Elie Kaboré : L’argument qui est aujourd’hui avancé pour contracter la dette, c’est le financement du développement. Mais malgré le niveau de la dette qui est très élevé, la pauvreté est aussi très élevée dans les pays. On a remarqué que les pays les plus riches en ressources naturelles, agricoles, qui vivent de la pêche et qui ont des opportunités d’élevage ne maximisent pas sur ces ressources là pour financer leur propre développement. Ils préfèrent s’endetter. Quand on prend par exemple dans le domaine commercial, des pays excellent dans l’octroi d’avantage fiscaux à des entreprises qui n’en n’ont pas besoin et il y a souvent des détournements. On arrive souvent à avoir des infrastructures sur papier mais qui ne sont pas réalisées sur le terrain ce qui nous emmène de nouveau à nous endetter.

L’Afrique se lance ainsi dans un cycle infernal d’endettement et de remboursement de la dette qui ne favorise pas son développement. Le journaliste en tant qu’acteur clé dans la dénonciation et dont le travail impacte sur la prise de décisions, qui souvent apporte des réformes institutionnelles, des réformes structurelles, se doit aussi de s’intéresser sur la question. Il doit investiguer pour non seulement savoir le niveau de la dette, mais aussi pour connaître auprès de qui on la contracte.

Le journaliste doit également investiguer pour voir si la dette est utile, en mettant l’accent surtout sur son utilisation. Est-ce que cette dette apporte quelque chose de plus à la vie des populations ou bien, elle contribue à asservir ces populations là ? Les journalistes ont un très grand rôle à jouer sur cette question.

On sait que les entreprises sont puissantes. Face à ces multinationales, quelles sont les rudiments que les journalistes doivent avoir pour pouvoir mieux mener ces investigations et mieux informer les populations et les décideurs.

Je confirme que les multinationales avec des montages financiers très complexes arrivent à détourner notre attention et se font de gros bénéfices. Elles utilisent plusieurs techniques. La fraude, l’évasion fiscale, les questions de surfacturation, de sous – facturation à l’importation et à l’exportation, etc. Pour le journaliste, le premier défis est le renforcement de la capacité. Un journaliste qui n’est pas bien formé sur ces techniques peut ne pas voir comme un mal qui passe. Le second aspect est la question de l’accès à l’information.

Ces entreprises ne communiquent pas assez et nos gouvernants aussi n’ont pas toujours le réflexe de communiquer, pas de manière volontaire mais souvent c’est involontaire. Il est donc souvent difficile pour le journaliste qui recherche des informations sur les activités commerciales des entreprises d’en trouver. L’information est souvent cachée quelque part où on refuse complètement de la donner. Les journalistes doivent relever ce défaut d’accès à l’information et aussi, dans certains pays africains, relever la question de la liberté d’expression. Sur la base de témoignages des uns et des autres il y a des pays aujourd’hui où le journalisme est devenu un métier risqué. Après avoir relevé toutes ces techniques, c’est aussi respecter les règles de la déontologie et d’éthique que le métier s’est imposé, pour pouvoir collecter les informations, les traiter, suivant les outils tels que l’investigation, le data journalisme, le fact-checking pour arriver vraiment à révéler à la face des citoyens, ce qui ne va pas et pourquoi le pays doit mieux lutter contre ces petites pertes d’argent, ce manque à gagner, au lieu de passer le temps à s’endetter.

Vous avez aussi parlé du service de la dette qui est à un taux de pourcentage dans la déclaration qui est certainement fausse parce que les gens voudront faire du profit sur le dos du citoyen lambda. Pouvez -vous revenir sur l’état des lieux des pays africains.

Le niveau d’endettement de l’Afrique est très élevé. Au niveau du service de la dette, chaque pays de l’Afrique a une ligne budgétaire dans son budget dépenses pour rembourser une bonne partie de la dette. Ce n’est pas le chiffre qui fait mal, c’est ce à quoi cet argent a servi qui fait le plus mal. Par moment on rembourse la dette deux fois parce qu’on ne l’a pas investi et on est obligé d’aller s’endetter encore, ou parce qu’on l’a mal investi. Aujourd’hui les pays du Sahel sont confrontés aux questions terroristes. Une bonne partie des ressources internes sont consacrées à ces priorités de l’heure. C’est-à-dire, faire la grève au terrorisme, faire face aux questions humanitaires, la réinstallation de la population et de l’administration et d’autres nouveaux défis qui se posent.

Il y a eu aussi la Covid 19 qui a mis à genoux certains économies et qui a encouragé les pays à aller vers un certain type d’endettement. Ce que le journaliste doit regarder, c’est à quoi a servi cette argumentation ? Qui a donné quoi, qui est allé négocier ? Est-ce que cet argent a créée de la valeur ajoutée au pays. Si on prend une dette pour aller construire une route dans une localité qui n’en a pas besoin. Alors qu’ailleurs, on a besoin d’une route pour évacuer les produits agricoles, il y a un problème. Si on prend une dette pour aller construire un stade où il n’y a pas de joueurs, ni des compétitions, cela cause un problème. Donc il faut que cette dette soit répartie de façon équitable entre les secteurs économiques et les couches sociales pour pouvoir amorcer un développement harmonisée et durable pour tout le pays.

Latribunedufaso.net

Partagez

Autorité du Bassin De la Volta : Le Directeur Exécutif chez ministre Augustin Kaboré

Le Ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement, le Dr Augustin KABORE a reçu dans la soirée de ce jeudi 2 mars 2023 à son cabinet, le Directeur Exécutif de l’Autorité du Bassin De la Volta (ABV) Robert Yaovi DESSOUASSI. Au cœur des échanges, la présentation des activités majeures de l’institution et les difficultés auxquelles elle fait face.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Robert Yaovi DESSOUASSI a présenté ses félicitations au Ministre pour sa nomination à la tête du Département. Comme activités majeures de l’ABV, il y’a par exemple la mise en œuvre des projets régionaux portant sur la gestion et la prévention des inondations, comme le projet PRECOM pratiquement clôturé. A cela s’ajoutent de nouveaux projets en instance de démarrage, tel que le projet d’amélioration des connaissances pour un développement concerté dans le bassin de la volta, financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) à travers le Fonds Africain de l’eau (FAE) et l’Agence Autrichienne de Développement (ADA).

 La particularité du Burkina Faso dans ce programme a affirmé le Directeur Exécutif de l’ABV est que « dans sa composante 2 basé sur le barrage du Noumbièl, nous avons supporté jusqu’à son inscription au niveau du programme d’infrastructures de développement de l’Union Africaine et dont l’actualisation des études du projet est financé par la BAD ». Selon lui le barrage du  Noumbièl est retenu comme la 10ème  grande infrastructure hydraulique en Afrique de l’ouest, et va permettre la création de plusieurs activités comme la production agricole et la création d’emplois.

 Comme problèmes, Robert Yaovi DESSOUASSI a évoqué des difficultés financières, notamment des soucis au niveau des contributions annuelles des Etats membres. Il a saisi l’occasion pour présenter au Ministre l’état des recouvrements au 31/12/2022. En retour, le Ministre Augustin KABORE a salué la démarche et félicité l’équipe pour le travail qu’elle abat en matière de gestion et de développement des ressources du bassin de la volta. Il faut noter que l’ABV est une organisation sous régionale, constituée par le Burkina Faso, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo et le Ghana, 6 pays qui partagent le Bassin de la Volta.

Le Miniqtère de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement

Partagez

IAMGOLD Essakane SA : Une Journée Portes Ouvertes pour échanges avec les entreprises de la Région du Sahel

Ce samedi 24 février 2024, l’enceinte du Conseil Régional du Sahel a servi de cadre à une Journée Portes Ouvertes. Organisée par Iamgold Essakane SA, cette Journée Portes Ouvertes avait pour principal objectif de se rapprocher des populations et d’échanger particulièrement avec les entreprises de la Région du Sahel. C’était en présence du Lieutenant-Colonel Fabien Rodolphe Sorgho, Gouverneur de la Région du Sahel, Président de la cérémonie.
Lire la suite…

Partagez

Ressources extractives en Afrique de l’ouest : Comment mutualiser les forces pour mieux rentabiliser

« Ressources geo-extractives et technologies : quelles stratégies de mutualisation pour la création de valeur ajoutée en Afrique de l’Ouest ». C’est sous ce thème que se tient la 4e Edition du Forum des des mines et du pétrole de la CEDEAO (ECOMOF), du 22 au 24 février 2024, au Palais des congrès de Cotonou (Bénin).
Lire la suite…

Partagez

Affaire charbon fin : La cargaison des 32 conteneurs quittent Bobo pour traitement à Ouagadougou

Le comité technique de supervision du processus de traitement du charbon fin a effectué une mission le mardi 06 février 2024 au port sec de Bobo Dioulasso. Objectif, vérifier et attester que les scellés des 32 conteneurs de l’affaire dite charbon fin sont intacts, conformément au procès verbal de scellage. Cette mission intervient dans le cadre du début du processus de traitement de la cargaison de charbon fin. Après vérification, les conteneurs sont chargés sur des camions, sous l’œil vigilant des membres du comité de supervision. Escortés par un dispositif sécuritaire, ils sont convoyés dans une usine de traitement à Ouagadougou. Cette opération a été marquée par la présence de plusieurs autorités notamment le Gouverneur de la région des Hauts-Bassins et des représentants de l’Administration douanière.
Lire la suite…

Partagez

Gestion de la transition : Le MPP invite le gouvernement à renouer avec la concertation et le dialogue politique

Ceci est une déclaration de l’ex parti majoritaire le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) en date du 1er janvier 2024. Signé par le premier vice-président, Clément Sawadogo,  cette déclaration invite le gouvernement de transition à renouer le dialogue avec la classe politique pour un meilleur devenir du pays.

PEUPLE DU BURKINA FASO,
MILITANTES, MILITANTS ET SYMPATHISANTS DU MPP,

A l’aube de la nouvelle année 2024, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), présente ses vœux les meilleurs de santé, de longévité, de bonheur et de résilience à ses militants.es, sympatisants.es, au Peuple burkinabè et à ses amis de l’extérieur.

L’année 2023 qui s’achève fut une année éprouvante pour la nation toute entière et en particulier pour de nombreuses familles burkinabè du fait de la persistance des attaques terroristes contre les populations civiles, les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) engagés dans le combat pour l’éradication de l’hydre terroriste.

Nous prions pour le repos des âmes de tous nos disparus. Jamais leur sacrifice et l’exemplarité de leur mémoire ne seront oubliés. Plus que jamais, ils relèvent du patriotisme sacré de la nation pour nous inspirer dans l’accomplissement de nos devoirs.

Face à cette barbarie, nos braves combattants, toutes catégories confondues, restent déterminés et font preuve de bravoure pour la protection des populations et la restauration de l’intégrité de notre territoire.

Peuple du Burkina Faso,
Chers camarades,

La lutte contre le terrorisme nous engage tous. Et le MPP reste constant sur la question. Il tient à rappeler que la victoire dans cette lutte, bien qu’inéluctable, requiert toutefois la contribution de toute la nation dans ses différentes composantes. Ainsi, cette lutte nécessite de la part de chaque burkinabè individuellement pris, non seulement l’engagement, la combativité et le sacrifice, mais aussi les valeurs qui scellent l’unité nationale et le vivre-ensemble que sont entre autres le respect mutuel, la tolérance, le pardon, la solidarité. Nous devons mettre l’intérêt du Burkina Faso au-dessus de nos intérêts individuels.

C’est pourquoi, chers compatriotes, au regard des défis actuels et futurs de notre Peuple, le MPP exhorte les autorités de la Transition et l’ensemble des burkinabè à faire en sorte que 2024 soit une année de cohésion sociale, de patriotisme, de résilience, de réconciliation des cœurs, d’unité et de concorde nationale. Pour y arriver, chaque burkinabè doit s’engager à donner une place de choix à la Justice, à l’inclusion, au respect de nos diversités dans tous les domaines et au respect des droits fondamentaux de ses concitoyens.

De façon particulière, le MPP invite le Gouvernement de la Transition à renouer avec la concertation et le dialogue avec la classe politique et l’ensemble des forces vives de la nation sans exclusive pour trouver un consensus national sur les préoccupations de la nation et renforcer la mobilisation sociale pour la lutte contre le terrorisme.

Le MPP réitère son appel à ses militants, aux démocrates et patriotes et à l’ensemble des populations de notre pays à œuvrer ensemble à l’avènement d’un Burkina Faso de paix, de sécurité, de souveraineté et de démocratie.

Bonne et heureuse année 2024 à toutes et à tous !

Dieu bénisse le Burkina Faso !

Ouagadougou le 1er janvier 2024

Pour la Direction du Parti,
Le 1er Vice-président chargé de l’intérim
Clément P. SAWADOGO

Partagez

Autorisation de pesticides non homologués dans la culture du coton au Faso : solution pérenne ou dépannage ponctuel ?

Réuni en Conseil des ministres le 8 février 2023, le gouvernement burkinabè a autorisé l’utilisation de pesticides non homologués pour lutter contre des insectes ravageurs de la famille des jassides, notamment les Amrasca biguttula, qui détruisent les cultures de coton. Même si cette décision vise à relancer la production cotonnière en baisse depuis 2021, elle inquiète les experts en raison du danger que ces pesticides représentent pour les autres cultures. L’Etat met-il alors en danger la culture vivrière au profit de la culture de rente ? Lire la suite…

Partagez