Construction d’une centrale nucléaire au Burkina Faso : La venue des techniciens russes au Burkina, prochaine étape  

Le Ministre en charge de l’énergie, Yacouba Zabré GOUBA et le Directeur Général de ROSATOM, le géant russe de l’énergie atomique, Alexey LIKHACHEV, ont signé le mercredi 5 juin 2024 à Saint-Pétersbourg, trois mémorandums relatifs à la construction de la première centrale nucléaire du Burkina Faso. 

C’est le premier acte majeur dans la mise en œuvre de la feuille de route, signée au mois de mars dernier. Par cet acte, les deux parties franchissent l’étape des intentions pour entrer dans une phase d’engagements directs pour la réalisation de la centrale nucléaire. Le prochain pallier sera la signature d’un accord inter-gouvernemental définissant le cadre global de coopération dans le domaine du nucléaire. 

Depuis octobre 2023, le Ministère en charge de l’énergie et ROSATOM se sont engagés à accélérer le processus de construction d’une centrale nucléaire. « Nous voulons aller très vite suivant les instructions du Président du Faso » précise le Ministre GOUBA. Le patron de ROSATOM est d’ailleurs en phase avec cette attente pressante du Burkina Faso.  » C’est très important que les populations voient rapidement la réalisation de ce projet. Il faut aller vers la phase pratique  » renchérit Alexey LIKHACHEV. 

Les trois mémorandums, signés en marge du Forum Économique de Saint-Pétersbourg, portent respectivement sur la formation du personnel, la sensibilisation et l’adhésion des populations, l’évaluation et le développement de la centrale nucléaire. La prochaine étape vers la souveraineté énergétique devrait être la venue des techniciens russes au Burkina pour entamer les discussions sur les études préalables de mise en place de la centrale. Et le Ministre GOUBA s’est engagé à adresser des invitations à ROSATOM dès le mois prochain à cet effet. 

Ces échanges entre les deux parties prendront également en compte les aspects liés au mode de financement et au site de la future centrale. L’utilisation du nucléaire dans d’autres domaines comme la santé, l’agriculture et l’industrie dans sa globalité sera également prise en compte. 

Le Burkina Faso attend pour la première phase de la réalisation de cette infrastructure, plus d’un giga/heure d’électricité.

Direction de la Communication et des Relations Presse

LaTribuneduFaso

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *