Fonds minier de développement local : Des projets contestés par l’AJM-BF à Houndé 

Les Comité communal de Suivi de l’utilisation du Fonds minier de développement local (CCS/FMDL) de la commune de Houndé a statué les 16 et 17 août 2022 sur les projets des 4e et 5e tranches du FMDL au cours de sa première session ordinaire de l’année 2022. L’enveloppe des projets soumis au CCS/FMDL est de 2,3 milliards de F CFA. La nature de certains projets a attiré l’attention de l’Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso (AJM-BF) qui a mené un plaidoyer qui a porté des fruits. Plusieurs projets proposés par la délégation spéciale de Houndé ont été rejetés.

La session du Comité communal de Suivi de l’utilisation du Fonds minier de développement local présidée par Issaka Segda, Haut-commissaire de la province du Tuy avait pour objectif d’examiner et de valider les projets retenus par la délégation spéciale de la commune de Houndé lors de sa session du 2 aout 2022. Ces projets touchent plusieurs secteurs dont l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement, la voirie, l’économie, le transport.

Dans sa mission de veille, AJM-BF qui regroupe plus d’une cinquantaine de membres avait recensé certains projets dont la pertinence laisse à désirer. AJM-BF a alors mis en œuvre, dans l’urgence, un plaidoyer dénommé : « Pour une meilleure utilisation des ressources du Fonds minier de Développement Local au profit de la commune de Houndé ». Plusieurs activités ont été mises en œuvre en moins d’une semaine.
AJM-BF a d’abord procédé à l’analyse des projets retenus par la délégation spéciale de Houndé pour bénéficier aux financements du FMDL pour se rendre compte que plusieurs projets retenus relèvent plus du prestige que du développement.

Une lettre de plaidoyer a été adressée au Haut-commissaire de la province de Tuy, qui préside le CCS/FMDL. Une autre a été adressée au Directeur général de la société minière Houndé Gold qui dispose de deux postes (vice-président et rapporteur) dans le comité. Des approches ont été faites en direction des autres membres dont le représentant de la société civile avec comme objectif : « Le rejet pur et simple des projets jugés non structurants ».

AJM-BF a aussi missionné une délégation à Houndé pour poursuivre le plaidoyer pour le rejet de ces projets non-pertinents et non-structurants.

L’analyse a permis à AJM-BF de se rendre compte qu’il a été proposé dans le domaine de la santé, la construction d’un mur de clôture du CSPS urbain, et la réalisation d’appâtâmes pour les Centres de santé et promotion sociale (CSPS) à hauteur d’une centaine de millions de F CFA. AJM-BF trouve qu’il n’est pas normal d’utiliser le FMDL pour construire ces infrastructures qui n’apporteront pas une plus-value à l’accès aux soins de qualité aux populations de la commune de Houndé.

Dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, la délégation de l’AJM-BF a plaidé pour une meilleure orientation des ressources (123 millions F CFA) parce que la commune de Houndé connait un problème d’eau.
En ce qui concerne les projets liés à la voirie dont une étude pour la réalisation des caniveaux et de bitumage des voies, la réalisation des caniveaux dans la ville de Houndé et l’entretien des voies dans la ville de Houndé à hauteur de 1,1 milliards FCFA, l’AJM-BF a plaidé pour le rejet de ces projets.

Au niveau des projets adossés au développement local, pour tous les projets inscrits, l’AJM-BF a plaidé leur annulation. Il s’agit de l’étude pour la construction d’une maison de la culture d’au moins 1000 places (25 millions F CFA), de la construction d’une maison de la culture (550 millions F CFA), de l’achèvement d’un mur de clôture de la mairie de Houndé (30,537 millions F CFA) et de la construction d’un mur de clôture bloc (préfecture, gendarmerie, Haut-commissariat) à hauteur de 43 millions F CFA.

Les dépenses pour les projets au profit de la voirie et du Développement local (1,7 milliard FCFA), représente plus de 76% de l’enveloppe pendant que la commune qui compte 15 villages et 5 secteurs connait des problèmes de développement.

Même si la délégation de l’Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso (AJM-BF) n’a pas pu assister à la session du CCS/FMDL de Houndé, ses remarques ont été lues et prises en compte par les membres dudit Comité.

Lanou Gnihanlo, Président du Conseil provincial des Organisations de la société civile du Tuy, et représentant de la société civile au sein du CCS/FMD, rencontré le 17 août 2022 à Houndé par la délégation de l’AJM-BF a salué l’initiative et la démarche de l’AJM-BF qui est venue, selon lui, conforter les positions des organisations qu’il représente.

En matière d’accès à l’eau potable, l’AJM-BF avait tiré la sonnette d’alarme dans sa missive. « En matière de desserte d’eau, la ville de Houndé connaît des coupures intempestives. Le secteur n°4 semble le plus touché par cette crise surtout en période chaude. A plusieurs reprises, les femmes et des organisations de la société civile ont manifesté brillamment pour réclamer de l’eau », a écrit l’organisation des journalistes.

Un fait corroboré par Lanou Gnihanlo : « Houndé même a véritablement un problème d’eau. La question de l’eau n’a pas été prise en compte. Le comité a voulu savoir si la Délégation spéciale, a associé l’ONEA (Office nationale de l’eau et de l’assainissement, ndlr) à l’identification des projets ? Malheureusement, ce n’est pas le cas. Le comité a recommandé de chercher à mieux comprendre le contrat qui lie la commune avec l’ONEA et de faire vraiment une étude diagnostique sur le réseau d’adduction de Houndé ».

L’initiative de AJM-BF a impacté les débats lors de la première session ordinaire de l’année 2022 du comité. « On a tenu compte de votre correspondance. On a trouvé que le ton était dur, mais il y a certaines vérités qu’il fallait dire », a indiqué le Haut-commissaire de Houndé, Issaka Segda, lorsqu’il a reçu la délégation. Ces propos sont corroborés par Lanou Gnihanlo, représentant la société civile.

AJM-BF compte poursuivre son plaidoyer plaider pour un meilleur suivi de l’utilisation du FMDL auprès des membres du gouvernement concernés par le dossier. Des production d’articles et émissions d’interpellation sur une bonne utilisation du FMDL sont au programme. L’association va aussi rechercher des partenaires pour poursuivre le plaidoyer dans d’autres communes minières qui reçoivent beaucoup d’argent.

Fait à Ouagadougou le 18 aout 2022
Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.