Arrondissement 4 de Ouagadougou : 5 ans après, des riverains toujours en attente des promesses de campagne

« En route pour les municipales », se trouve cette semaine dans l’arrondissement 4 de la ville de Ouagadougou. Quelle appréciation les riverains font de la gestion de leur maire Issa Anatole Bonkoungou? Quels sont leurs besoins et attentes? Lisez plutôt !

Adjara Savadogo, couturière à Toudbwéogo : « Les autres peuvent observer un changement, mais moi je ne vois aucun changement. Les promesses de campagne sont restées sans réalisation. Il disait pendant la campagne que s’il venait  à la mairie, le visage de l’arrondissement allait changer. Mais jusque-là, on ne voit aucun changement et bientôt, nous serons encore en campagne pour les élections municipales. La route et les lotissements, c’est ce qui nous intéresse beaucoup actuellement. Nous voulons que ceux qui vont prendre la mairie prochainement regardent nos routes et règlent les problèmes de lotissement, pour que nous, qui vivons dans les zones non loties, on puisse bénéficier d’une parcelle où nous pourrons construire et aménager sans problèmes »

L.B, particulier à Somgandé : « Nous, dans notre quartier, je ne vois pratiquement pas de changement. Nos préoccupations sont restées telles. Nous avons un sérieux problème de canalisation des eaux. Pendant l’hivernage, en cas de pluie, il y a fréquemment des inondations dans le quartier et ça cause de nombreux soucis aux riverains ; ça ralentit également les revenus des commerçants, car si le quartier est impraticable, personne ne vient dans votre quartier pour des achats et autre. Ce que nous attendons des prochaines autorités municipales, c’est de travailler à nous offrir des canalisations pour diminuer les risques d’inondation dans l’arrondissement »

A.I ; restauratrice à Toudbwéogo : « Je n’ai pas constaté un changement dans la gestion de l’arrondissement. Notre problème, c’est la voirie. Nos voies sont impraticables. En saison sèche, c’est la poussière et pendant l’hivernage, c’est la boue et les inondations que nous côtoyons au quotidien.  Tout ce que nous souhaitons c’est que la mairie se penche sur le problème de nos voies car nous souffrons de leur impraticabilité »

Sylvain Compaoré, mécanicien : « Rien n’a changé ici, nous avons toujours les mêmes problèmes. Ils nous ont promis le lotissement, mais jusque-là rien, on attend toujours. Il y a également la voie. Vous voyez que c’est une voie rouge, ils ont dit qu’ils vont mettre le goudron, mais c’est toujours une voie rouge. Ils ont débuté les travaux mais, ça n’avance pas. Nous voulons que le prochain maire règle le problème de la voie, des lotissements et écoute sa population, car les populations ont des besoins qu’ils veulent partager.  On ne voit jamais les autorités municipales dans l’arrondissement ici ; si elles sont là, c’est que c’est la période de la campagne électorale, et après ça, elles disparaissent en attendant la prochaine campagne »

E.Z, boutiquier à Polesgo : « Ici, on voit clairement que rien n’a changé. On n’a pas besoin d’être dans l’arrondissement pour savoir que rien n’a bougé, il suffit juste d’être un simple usager de la voie. Notre grande difficulté reste la voie. Pour relier le quartier Tanghin (un autre quartier de l’arrondissement 4), c’est très compliqué. S’ils règlent ce problème, ça sera bien pour nous »

Tiba Kassamse Ouédraogo

Latribunedufaso.net

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *