Santé : Bientôt, une unité industrielle de production pharmaceutique au Faso

Ce mardi 23 août 2022, le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a visité une nouvelle usine de production de médicaments génériques située sur la route de Komsilga. Dénommée PROPHARM SA, elle ambitionne être la principale plateforme de production et de distribution de médicaments génériques au Burkina Faso à l’horizon 2025.

La Société de production pharmaceutique (PROPHARM) est une société anonyme avec un capital de 200 millions de FCFA. Elle est dotée d’une infrastructure réalisée conformément aux standards internationaux de production pharmaceutique. Aussi, l’usine est également dotée d’une unité de traitement d’eau par osmose inversée de dernière génération. 

Pour renforcer sa capacité de production, l’unité industrielle a acquis des outils de production de haute technologie avec un système d’aménagement permettant de travailler dans des conditions optimales de confort, de qualité et de sécurité. Il s’agit entre autres des automates de remplissage de gélules (120 000 gélules/h), des automates de compression (150 000 comprimés/h), des équipements de contrôles en cours de production et d’un mélangeur avec une capacité de 400L (800 000 comprimés).

« C’est un projet important car il permettra d’améliorer la disponibilité des médicaments pour les populations et à moindre coût. Au-delà de l’intérêt social et sanitaire, il va contribuer à la création de richesses et d’emplois » a déclaré le Chef du gouvernement, Albert Ouédraogo, lors de la visite. Je me réjouis, a-t-il poursuivi, de constater que le projet est entièrement porté par des burkinabè. Ce qui veut dire qu’au Burkina Faso, nous avons de plus en plus de personnes capables de portée des projets de grandes envergures. Le gouvernement est prêt à accompagner l’émergence de ces genres de projet.

A moyen terme, la société envisage la production d’injectables (petits et grands volumes) et des vaccins. Il faut noter que pour le moment le démarrage des travaux de l’usine n’est pas encore effectif. Elle a entrepris des démarches auprès de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique (ANRP) qui doit donner le feu vert. 

Pour le Directeur général de PROPHARM SA, Paligwendé Armel Koefé, la visite du Premier ministre est très réconfortante car elle témoigne l’intérêt qu’il accorde à cette initiative. « Nous allons commencer avec la production de trois molécules à savoir le paracétamol 500 mg, le phloroglucinol 80 mg et le kit de zinc pour le traitement de la diarrhée. Après nous produirons également des produits pour lutter contre le paludisme ainsi que d’autres produits génériques.

Issouf Tapsoba

Latribunedufaso.net

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.