Gestion des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture : la coordination nationale tient sa 1re session 2022

Ce mardi 26 juillet 2022 se tient à Ouagadougou, la 1re session 2022 de la Coordination nationale des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture (CNRGAA).

Un peu partout dans le monde et surtout dans les pays africains, la question de la gestion des activités relatives à la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture est de plus en plus inscrite dans les domaines politique et institutionnel. C’est ainsi qu’en 2016, la nécessité de la création d’une coordination nationale s’est avérée au Burkina Faso. Ce qui a abouti à la signature d’un arrêté ministériel portant création, composition, attribution, organisation et fonctionnement de la Coordination nationale des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture (CNRGAA) en août 2017.

Cette coordination, à entendre le Secrétaire général du Ministère de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques (MARAH), Victor Bonogo, a pour mission principale de suivre constamment toutes les questions relatives aux politiques, programmes et activités de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans le domaine des ressources génétiques présentant un intérêt pour l’alimentation et l’agriculture, et notamment leur conservation et leur utilisation durable, ainsi que le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation au Burkina Faso. « Elle favorise la concertation entre les acteurs, les institutions intéressées et les parties prenantes en matière de gestion des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture en vue de créer une synergie d’actions », a-t-il soutenu. Ce qui implique la présence de plusieurs acteurs et parties prenantes, car les sous-secteurs des ressources génétiques sont multiples. Il s’agit notamment des ressources phytogénétiques, des ressources zoogénétiques, des ressources forestières, des ressources aquatiques et des ressources génétiques associées, chaque sous-secteur s’occupant de questions touchant à la conservation et à l’utilisation durable des ressources génétiques présentant un intérêt pour l’alimentation et l’agriculture.

Ainsi, cette 1re session de l’année 2022 de la CNRGAA a pour objectif de faciliter la coordination et de renforcer la synergie d’actions indispensable pour la mise en œuvre des instruments et des activités de la Commission des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture (CRGAA) au Burkina Faso, en vue de répondre au mieux à ses sollicitations.

Par ailleurs, Victor Bonogo a indiqué que la FAO a élaboré une stratégie relative à l’intégration de la biodiversité dans tous les secteurs de l’agriculture, avec son plan d’action 2021-2023. « Le Burkina Faso devra s’inspirer de cette stratégie dont la vision s’intitule : Un monde dans lequel les systèmes agricoles et alimentaires ont moins d’effets néfastes sur la diversité biologique et sur les écosystèmes, utilise au mieux le potentiel de la diversité biologique et des écosystèmes et contribue à la préservation, à l’utilisation durable, à la gestion et à la régénération de la biodiversité, en assurant la sécurité alimentaire et la nutrition des générations présentes et futures et en offrant des moyens d’existence », a-t-il poursuivi.

Rappelant les suggestions et recommandations faites aux membres lors de la dernière session de la CRGAA tenue du 27 septembre au 1er octobre 2021, il a noté que la tâche est immense, mais les ressources sont insuffisantes. Ainsi, à la sortie des travaux, la coordination devra disposer d’une feuille de route assortie d’un budget capable d’inciter le gouvernement et les partenaires financiers à soutenir la gestion des ressources génétiques. « J’invite les points focaux nationaux à plus de concertation et d’initiatives afin de réussir le plaidoyer auprès des partenaires et des programmes budgétaires », a-t-il terminé.

Alizèta Zouré

Latribunedufaso.net

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.