Pisciculture hors sol : Une innovation pour la population Burkinabè

Connue sous le nom de l’élevage des poissons, la pisciculture est généralement pratiquée dans les barrages et retenues d’eau. De nos jours, l’évolution technologique permet à toutes personnes désirant se lancer dans la pisciculture de le faire quel que soit le lieu ou le moment. Il s’agit de la pisciculture hors sol. Elle peut se faire partout, et l’eau est le premier facteur dans ce choix.

Etienne Roamba, est un concepteur innovateur de bassin piscicole hors sol à circuit fermé. Grâce à son invention,   les amoureux de la pisciculture peuvent, dans un coin de la maison, élever des types de poissons comme les tilapias surnommé carpes et les poissons chat qui sont les silures ou les clarias. «Il ne faut pas croire que c’est dans les barrages seulement qu’on peut produire le poisson. La pisciculture hors sol à circuit fermé permet d’élever les poisons comme s’ils étaient dans le barrage” a-t-il laissé entendre.

De quoi s’agit-il concrètement. L’innovateur Roamba met à la disposition de la population des bassins qui vont de deux cents cinquante litres (250l) à deux mètre cube (2m3) d’eau et qui peuvent souvent atteindre dix mètre cube (10m3) d’eau avec un système de traitement pour bien gérer l’eau. “Si on a un barrage à côté, il faut utiliser un circuit ouvert afin d’évacuer toute l’eau et renouveler à chaque fois. Mais le circuit fermé vous rationalise l’eau en fonction de votre bassin», indique-t-il.  

Cette innovation de l’entreprise Myaaba (spécialisée dans la fabrication de couveuses aussi), fonctionne à l’énergie solaire, donc point d’inquiétude pour la facture d’électricité. Les bassins peuvent contenir jusqu’à deux cent kilogrammes (200kg) de poisson avec son système de filtrage en espace de quatre à six mois. 

Haramy SON (Stagiaire)

Latribunedufaso.net

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.