Rentrée académique 2021-2022 : Vers une normalisation des années académiques

Ce vendredi 15 octobre 2021 à l’Université Thomas Sankara (UTS), s’est effectuée officiellement la rentrée académique 2021-2022 des universités publiques du Burkina Faso. La cérémonie a été placée sous la présidence du Pr Alkassoum Maïga, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, avec pour marraine Mariam Sankara, épouse du Président Thomas Sankara.

Après quelques mois de vacances, les différentes universités publiques du Burkina Faso dont les universités Joseph Ki-Zerbo, Nazi Boni, Norbert Zongo et  Thomas Sankara (UTS), ont ouvert leurs portes aux étudiants pour le compte de l’année académique 2021-2022. Cette rentrée académique a été placée « sous le sceau des efforts pour la normalisation des années académiques dans les universités publiques du pays ». Des dires du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Pr Alkassoum Maïga, ce choix intervient pour inviter les différentes universités publiques à suivre les pas de l’UTS, afin de mettre fin aux retards dans certaines Unités de formation et de recherche (UFR). « Il faut que chacun mette en-avant les valeurs incarnées par le Président Thomas Sankara qui sont l’intégrité, la culture, la sagesse, afin que les retards au niveau des universités publiques de notre pays soient un mauvais rêve », a-t-il laissé entendre.

Pour cela, il a invité les étudiant au courage et à la persévérance dans la poursuite de leurs études. « Pour vous étudiants, l’objectif ce n’est pas réussir au Baccalauréat seulement pour bénéficier du Fonds national pour l’éducation et la recherche (FONER), mais votre rôle est d’avoir le Baccalauréat et continuer les études, tout en veillant à ce que cela soit sur un court délai », a-t-il affirmé avant d’ajouter : « Les moyens doivent être mobilisés par tous les acteurs pour qu’aucun étudiant n’obtienne plus jamais sa licence en six (6) ans. Nous devons le faire car nous avons la possibilité, nous avons ce devoir, les idéologies poursuivies par le Président Thomas Sankara nous l’obligent ».

Le Pr Adjima Thiombiano, président de l’UTS a, au nom des enseignants de l’université marqué l’accord et la mobilisation de l’université pour la normalisation des années académiques dans les universités publiques du pays. « Après le bilan de l’année précédente, on peut dire que l’année académique s’est bien passée. Elle a été mise complètement à jour pour ce qui concerne L’UFR Sciences économiques et de gestion (SEG). Quant aux autres filières, le retard se rattrape au fur et à mesure », a-t-il indiqué.

Et au représentant des étudiants de l’UTS, Yassia Traoré, de remercier les différents acteurs pour cet engagement et de préciser que les valeurs de l’université seront incarnées par les étudiants. « A l’UTS, on ne veut pas de paresseux. Nous sommes là pour travailler et nous voudrions demander l’appui des premiers responsables, pour l’assurance des services de transport, de logement et de restauration des étudiants, ainsi que la mise en place d’une bibliothèque sein de l’université, afin de demeurer dans l’excellence », s’est-il exprimé.

Outre les échanges entre les différents acteurs, cette rentrée académique placée sous le marrainage de Mariam Sankara, épouse du Président Thomas Sankara, a été l’occasion pour le Pr Alkassoum Maïga de procéder à l’inauguration d’un « buste du Capitaine Thomas Sankara ». Cette statue a été placée à l’entrée de l’UTS pour immortaliser les idées de celui-là qui, est encore considéré par de nombreuses personnes comme « le père de la révolution », en prélude au 34e anniversaire de sa disparition. « Cette statue devrait être pour nous un moyen de toujours nous rappeler des valeurs incarnées par Thomas Sankara. Je souhaite beaucoup de courage aux jeunes et les invite à mettre les moyens nécessaires pour l’atteinte des objectifs fixés », a déclaré Mariam Sankara, épouse de Thomas Sankara et marraine de la cérémonie.

Alizèta Zouré (Stagiaire)
Latribunedufaso.net

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *