Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains se prononcent sur la gestion du maire

Votre média en ligne, « latribunedufaso.net », en vue des municipales de 2022, a décidé, à travers la rubrique ‘’En route pour les municipales’’, de donner la parole aux populations (gouvernants, gouvernés) afin qu’elles donnent leurs avis sur la vie et la gestion de nos communes et arrondissements. Pour un premier exercice, des riverains de l’arrondissement 6 de la ville de Ouagadougou se prononcent sur la gestion du maire Jean Nacoulma (à la tête de la mairie depuis 2016). Lisez !

Roland Kononbo, couturier : « Honnêtement, il n’y a pas de grand changement dans la gestion de l’arrondissement. Il y a peut-être le plateau (rénovation du plateau ndlr) ; ça aussi, dans les normes, c’est une chose déjà faite, mais comme c’est à mettre à leur actif on ne peut que les remercier pour ça. Tous les candidats à la municipalité savent ce qui est bien pour la population, mais ils ne le font pas. »

 

L.N, ménagère : « Ce que nous voulons, c’est qu’ils construisent notre mairie d’abord. On ne peut pas choisir un terrain et louer un local pour la mairie, ce n’est pas normal. Il n’y pas eu de changement pour ce mandat dans la l’arrondissement. Il faut revoir les routes. »

Azèta Ouangrawa, vendeuse de légume : « On voudrait bien le développement de notre arrondissement. On est prêt à accompagner ceux qui vont vouloir travailler pour ça. On veut que lors du prochain mandat, que le maire accompagne les idées des jeunes.  Il y a des choses qu’on apprend après, quand c’est déjà passé ; on veut que tout cela change. »

 

B.I, couturière :  « Pour moi, il faut revoir les fossés ; il n’y a pas d’entretien. S’il y a la pluie, ça va un peu. Sinon, en saison sèche, c’est compliqué. On ne respire que l’odeur nauséabonde que dégagent les fossés. Les gérants de restaurant et les cours environnantes jettent leurs eaux usées dans les fossés. Il faut que l’autorité communale fasse quelque chose, car ces odeurs et moustiques qui proviennent des fossés sont à la base de nombreuses maladies. »

Philipe Ilboudo, commerçant : « Depuis qu’il est à la tête de la mairie, à mon avis, ça va. S’il y a un problème et il est informé, il se rend sur les lieux avec son équipe pour voir ce qu’ils peuvent faire. Notre attente est qu’il songe aux commerçants au bord de la voie. Souvent, il y a des dons de riz, huile (vivres ndlr) pour les pauvres à la mairie, mais on voit des gens qui ont les moyens et qui viennent les chercher avec des véhicules pendant que les pauvres ne gagnent rien. Les pauvres ne demandent pas qu’on les rendent riches, c’est juste le minimum qu’ils veulent. »

 

A.O, commerçante : « Nous voulons que la mairie se penche sur notre cas. Nous, commerçantes, au bord de la voie, on veut bien construire et aménager pour avoir plus d’argent, mais c’est compliqué. Souvent, la police municipale donne des avertissements par rapport à notre occupation, mais on ne sait pas où aller et on est toujours là. »

Idrissa Dianda, soudeur : « On n’est vraiment pas satisfait de la gestion de l’arrondissement. Sur le plan de l’hygiène, on voit qu’il n’y a véritablement pas d’entretien. Les fossés ne sont pas entretenus, et à chaque pluie, il y a des dégâts. Il y avait un soudeur qui a fini par déménager pour ces raisons-là. Il dépensait pratiquement 175 000 F CFA pour curer le fossé. N’eut été la pluie d’hier soir (jeudi 6 mai 2021), les fossés étaient quasiment plein de déchet. Il y a aussi les questions de suivi des domaines publics. Il y a un terrain où les élèves font leurs cours pratiques d’Éducation physique et sportive (EPS). Souvent, l’autorité municipale donne l’autorisation à des gens pour qu’ils  organisent des foires sur le même terrain. Le problème est qu’après leur départ, on constate des os, des tessons de bouteilles et plein d’autres objets qui blessent les élèves. Nous nous sommes plaints en vain depuis son arrivée (du maire ndlr) à la tête de l’arrondissement 6, mais rien ne bouge à notre niveau.  À moins qu’il ait un autre plan de développement, que nous ignorons. Il devrait changer sa manière. Ce n’est que quand il s’agit de célébrations de mariage, manifestations et cérémonie que nous savons que c’est Nacoulma (le maire ndlr) qui est à la tête de notre mairie. On ne le voit jamais dans l’arrondissement en train de vouloir s’acquérir des nouvelles de la cité. La mairie, ce n’est pas pour le nom. À l’époque, l’ex maire de la commune de Ouagadougou, Simon Compaoré, venait ici à Pissy dans l’arrondissement 6 pour voir la gestion de l’hygiène et même sensibiliser les riverains. Nos attentes sont que le prochain maire se penche très sérieusement sur la question de l’hygiène et de l’assainissement. C’est une question qui nous tient à cœur. On peut mettre des dalles pour les couvrir (les caniveaux ndlr) ; si c’est fermé, personne ne pourra jeter des ordures à l’intérieur. Il y a aussi la question des lampadaires qui ne s’allument plus. »

Par Tiba Kassamse Ouédraogo

Latribunedufaso.net

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *