Commune de Ziniaré : GERDDES-Burkina pense assainissement et reboisement

Le Groupe d’études et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social au Burkina Faso (GERDDES-Burkina), dans le cadre de son projet intitulé «suivi citoyen des politiques publiques dans treize communes urbaines du Burkina Faso», a procédé jeudi 3 septembre 2020, à une remise symbolique de poubelles à la mairie de Ziniaré. A la suite de cette remise, cap a été mis sur  Koasspanga, village situé à une dizaine de kilomètres de Ziniaré pour un reboisement sur le site du jardin botanique de la mairie.

A travers les gestes symboliques de remise de poubelles et de plantation d’arbre, ce sont plusieurs poubelles qui sont remises et 700 plants de différentes espèces (Baobab, le zamanin, l’anacarde, les nimes, le néré, etc.) qui seront mis en terre sur le site du jardin botanique de la mairie, environ un hectare de terrain. Selon Léopold Somé, Président du GERDDES-Burkina, ce don s’inscrit dans le cadre des activités que GERDDES-Burkina, en collaboration avec ses partenaires, notamment la coopération suédoise via l’ONG Diakonia (dans le cadre du présimètre), mène dans treize communes du Burkina dont la commune de Ziniaré. « Aujourd’hui, nous sommes à Ziniaré pour remettre symboliquement des instruments pour aider à l’assainissement de la ville. Ce geste va être répété dans les treize autres communes », a-t-il indiqué.

Pascal Compaoré, maire de la commune urbaine de Ziniaré, dit recevoir les poubelles avec un sentiment de fierté, d’honneur et surtout de joie parce qu’elles répondent  à leurs besoins. «Nous le recevons (ce don) donc avec fierté, avec honneur mais surtout avec joie parce que ça répond à nos sollicitations et à nos besoins », a-t-il déclaré. A l’en croire, ce don fait suite à plusieurs dons que sa commune a reçu. « Depuis 2017, nous avons élaboré notre plan stratégique de gestion des déchets dans la commune de Ziniaré et, dans cette dynamique et cette perspective, le GERDDES-Burkina a bien voulu entendre notre cri de cœur en nous  accompagnant avec ce matériel », a-t-il déclaré. Ces poubelles, poursuit-il, nous allons les installer dans les lieux publics (marchés, écoles…). Ils vont contribuer à renforcer ce que nous sommes en train de faire, notamment la sensibilisation, mais surtout contribuer à rendre notre ville plus belle, plus attrayante, plus paisible.

A la question de savoir, la manière dont le conseil municipal compte emmener les populations à valoriser les poubelles qui seront mises à différents coins stratégiques de la ville, Pascal Compaoré rassure. « Depuis 2016, nous avons lancé Ziniaré, ville propre. Il y a à cet effet des poubelles qui ont été données et des associations qui ont été organisées ; nous avons six associations que nous avons formées et équipées en matériels, qui font le travail ». Et d’ajouter : « Chaque semaine, il y a une émission radio qui se fait. Cela permet d’informer et de sensibiliser la population. Il y a également un service dédié à cette tâche. Nous avons de même mis en place notre police d’hygiène, qui est chargée de sanctionner les contrevenants ». Le maire reconnait, malgré tout ce qui est fait au niveau du conseil dans le sens de l’assainissement de la commune, qu’il y a des brebis galeuses qui n’en manqueront pas. « Nous allons essayer de les sensibiliser davantage », a-t-il donc lancé.

Après cette remise de poubelles cap a été mis sur  Koasspanga, village situé à une dizaine de kilomètres de Ziniaré pour le reboisement sur le site du jardin botanique de la mairie. C’est une population mobilisée et reconnaissante à GERDDES Burkina et à ses partenaires pour ce geste salutaire qui a procédé à la mise en terre de plusieurs espèces. Cela après avoir suivi les consignes des agents de l’environnement sur comment planter.

« L’arbre, c’est la vie. Ces plantations d’arbres rentrent en droite ligne dans  l’effort d’aider à reverdir le Burkina et aussi d’aider à créer des sites de biodiversité dans les différentes communes où nous intervenons. Notre souhait est de planter 700 arbres en tout. Ce sont des espèces utilitaires qui seront mis en terre, notamment les acacias », a laissé entendre Le premier responsable du GERDDES Burkina. Il a terminé en invitant les populations à régulièrement arroser les plants et les entretenir afin de permettre leur croissance normale.

En rappel, le GERDDES est actif dans 26 pays de l’Afrique. Le siège est basé à Cotonou, au Bénin. Le GERDDES-Burkina qui existe depuis 1992 est implanté dans les 45 provinces du pays avec des antennes provinciales.

Tambi Serge Pacôme Zongo

Latribunedufaso.net

Suivez-nous sur:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 15 =