Politique : Abdoulaye Mossé tient son PPS

Abdoulaye Mossé, ancien militant de l’ex parti au pouvoir MPP, et ses collaborateurs (démissionnaires de partis politiques, etc.) ont rendu effectif leur projet de création d’un nouveau parti politique. C’est au cours d’une Assemblée générale constitutive (AGC) ce samedi 02 avril 2022 à Ouagadougou que le nom de ce parti, ainsi que le logo ont été dévoilés à la presse et à l’opinion publique.

« Défis sécuritaires et réconciliation nationale : quelle contribution de la classe politique pour un Burkina uni, prospère et démocratique ? », c’est sous ce thème que le nouveau parti « Parti panafricain pour le salut (PPS) » a mené les travaux de son Assemblée générale constitutive du vendredi 1er au samedi 02 Avril 2022 à Ouagadougou.

Se donnant pour devise « Dignité-Egalité-Tolérance », le PPS, à travers son logo, met au centre du développement, la femme, mère de l’humanité. Son slogan est : « Pour la partie et avec le peuple, je m’engage ». C’est donc en cela que le parti entend être celui pour la réconciliation, la sécurité et le développement du Burkina Faso. Ainsi, il envisage mettre l’accent sur quatre (4) piliers essentiels, notamment la sécurité, la bonne gouvernance, l’économie et l’épanouissement social.

A noter que cette journée fut l’occasion également pour le PPS de présenter les membres de son bureau exécutif. Ainsi, Abdoulaye Mossé en est le Président, Président du Bureau politique national (BPN) ; suivi respectivement des 1er Vice-président Chargé de l’orientation politique, Ousmane Nacro (ancien Ministre de l’eau et de l’assainissement sous le régime déchu) ; 2e Vice-président Chargé des relations avec les autorités coutumières et religieuses, Justin Compaoré (Poé Naaba) ; 3e Vice-président Chargé des élus, Hervé Konaté ; de la 4e Vice-présidente Chargée des relations extérieures et de la diaspora, Workya Rouamba (ancienne députée de l’ex parti au pouvoir) ; et de nombreux autres membres.

A entendre Abdoulaye Mossé, tout porte à croire que la conduite des affaires de l’Etat telle que implémentée par la majorité sortante, n’a pas rassurée les Burkinabé assaillis par tant d’épreuves. Toutefois, il dit reconnaître que les Hommes politiques sont tous, individuellement et collectivement comptables des acquis et des insuffisances de la gouvernance du pays ; « les uns par actions et les autres par inactions, au sein des majorités et des oppositions qui ont animé la vie politique ces dernières années dans le pays ».

De ce fait, il estime que le salut du peuple réside dans le sacrifice, l’organisation, le travail et la discipline, mais « repose d’abord sur le courage et la vaillance de ses fils et filles ». C’est donc ce chemin que ses camarades et lui ont décidé de suivre. « Hier, ayant des points de vue divergents, nous pensons aujourd’hui que l’intérêt du pays est plus important que nos intérêts partisans. Nous avons ensemble constaté que ce qui nous divise est moindre par rapport à ce qui nous unit, ce qui nous rassemble », a-t-il indiqué.

Le Poé Naaba, lui se réjouit de la réussite de cette Assemblée générale constitutive. « Ce qui nous réunit ici, c’est un grand projet. Et je n’ai jamais vu autant d’hommes et de femmes réunis en un seul endroit. Cela réconforte le Kadiogo, mais en même temps c’est un grand défi. Le défi sera relevé et nous vous donnons rendez-vous pour les prochaines échéances électorales », a-t-il déclaré lors de la prononciation de son mot de bienvenue.

Conscients du fait que les défis sont énormes et de l’urgence des choses, les responsables du parti, qui vient de naître, comptent déjà s’atteler à son implantation dans les contrées du pays où cela est possible, en attendant les chantiers à venir.

Alizèta Zouré 

Latribunedufaso.net

 

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.