« Poulet bicyclette » : Bientôt labellisé !

Promouvoir et valoriser le « Poulet bicyclette ». Telle est la volonté affichée du ministère des Ressources animales et halieutiques et le ministère du Commerce. Ils ont alors entrepris les démarches devant conduire à la labellisation du produit made in Burkina. La cérémonie officielle de lancement de ce processus s’est tenue le lundi 5 juillet 2021, à Ouagadougou, sous la présidence du ministre des ressources animales et halieutiques, Dr Tegwendé Modeste Yerbanga.

L’on estime l’effectif de volailles au Burkina Faso à plus de 47,5 millions de têtes en 2018 soit 37,9 millions de poulets environ et 9,5 millions de pintades, avec une consommation journalière de 80 000 têtes dans la ville de Ouagadougou et 50 000 têtes à Bobo-Dioulasso. Malgré cet effectif, le Burkina Faso a du mal à se positionner sur l’échiquier sous-régional et même international quand on sait le nombre de carton de poulets congelés et le nombre de poussins de races étrangères importé. Face à cette concurrence, et en vue de préserver cet héritage culturel « du poulet bicyclette », les acteurs de la filière ont entrepris de travailler à différencier leurs produits, à améliorer la qualité. D’où l’initiative du ministère des ressources animales et halieutiques et du ministère du commerce de lancer un processus de labellisation. Durant ledit processus, il sera question de communiquer sur la labellisation du produit de consommation et d’adopter la feuille de route dudit processus.

Dr Tegwendé Modeste Yerbanga, ministre des ressources animales et halieutiques, a fait savoir que les défis alimentaires et économiques actuels et futurs recommandent qu’une attention particulière soit accordée à la valorisation optimale du potentiel de l’élevage de poulet de race locale. Et d’indiquer que l’aviculture traditionnelle occupe une place de choix dans les stratégies de développement du Burkina et entre en droite ligne avec l’objectif stratégique 4.1 du nouveau Référentiel national de développement (RND), « développer un secteur agro-sylvo-pastoral, faunique et halieutique, productif et résilient, davantage orienté vers le marché ».

Le directeur de cabinet du ministère du commerce, Augustin Bambara, représentant le ministre du commerce, a salué la vision et le dynamisme des acteurs de la filière avicole en général et celle dédiée à la race locale en particulier. Il a de même invité toutes les parties prenantes impliquées dans ce processus à privilégier la démarche participative et inclusive dans toutes les étapes.

Pour rappel, ce processus de labellisation fait suite à la labellisation du pagne tissé Faso Dan Fani et du chapeau de Saponé. Plusieurs autres produits du terroir à savoir le beurre de karité et le KoKo Dunda seraient également en cours de labellisation.

Synthèse de Tambi Serge Pacome Zongo
Latribunedufaso.net

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *