Gestion énergétique : Le ministère en charge rencontre le secteur privé

Il s’est ouvert ce mardi 29 juin 2021, à Ouagadougou, un atelier d’échange entre le ministère de l’Energie, des mines et des carrières et les acteurs du secteur privé de l’énergie. Il s’agira pour le ministère, au cours de cet atelier, de présenter sa vision, les réformes du secteur ainsi que les opportunités d’affaires aux acteurs du privé afin de faciliter leur implication dans le développement de l’offre en énergie.

Pour le ministre de l’Energie, des mines et des carrières, patron de l’atelier, Dr Bachir Ouédraogo, il s’agira pour les participants de voir comment le secteur privé burkinabè peut tirer le meilleur profit du boom en matière d’énergie solaire. Renseignant que la place centrale et prépondérante de l’énergie dans la réalisation des objectifs de développement du Burkina Faso n’est pas à démontrer, il note donc la nécessité que les acteurs du domaine des énergies puissent se rencontrer et échanger autour de la question. Bachir Ouédraogo fait savoir que le ministère a lui seul ne peut pas résoudre le problème avec des ateliers et des lois. « Si nous voulons trouver une solution, ce n’est pas seulement en nous enfermant dans nos administrations, dans nos salles pour faire des ateliers, pour sortir des décrets que nous allons résoudre le problème. », dit-il.

La solution, selon lui, réside dans les rencontres et échanges avec les acteurs du domaine ; ceux qui sont sur le terrain, qui connaissent les réalités. Le patron du département de l’énergie précise également que pour aller de l’avant, il faudrait une synergie d’action entre le ministère et le secteur privé. Il note par la même occasion qu’il n’y aurait pas de réussite dans le domaine des énergies sans la présence des acteurs du privé qui ont la capacité, la compétence et l’innovation nécessaire pour permettre au ministère de réaliser sa vision. « Nous déclinons la vision, mais c’est vous (secteur privé ndlr) qui réalisez cette vision et sans vous, il n’y a pas de réussite », s’est-il exprimé face aux acteurs du privé.

Le représentant de l’association des professionnels de banque, Stéphane Tapsoba, indique que le secteur de l’énergie est un outil pour soutenir la compétitivité et la croissance. Il fait savoir par la suite que le secteur bancaire est conscient de son rôle à jouer. Il mentionne que la facilitation de l’accès au crédit, le financement privilégié des investissements dans les domaines porteurs de l’énergie faciliterait la transformation structurelle de l’économie. Stéphane Tapsoba a annoncé l’engagement de l’ensemble du secteur bancaire à travailler en tandem avec les acteurs de l’énergie afin de faire bouger les lignes dans le domaine. Au côté du secteur bancaire, il y avait aussi le secteur privé national représenté par Mathias Zoubga. Ce dernier a rassuré le ministère quant à l’engagement de son secteur à jouer sa partition. Il a aussi saisi l’occasion pour demander aux acteurs du domaine de faire confiance aux acteurs privés et à l’expertise locale.

En rappel, le secteur énergétique du Burkina a été libéralisé avec l’adoption de la loi n°014-2017/AN du 20 avril 2017 dans le but de permettre la contribution du secteur privé à la garantie de la qualité du secteur public de l’énergie.

Tiba Kassamse Ouédraogo
Latribunedufaso.net

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *