20e anniversaire de l’Ordre des Pharmaciens : Le Président du Faso accepte le haut patronage

Le président du Faso, Roch Kaboré, a reçu ce lundi 19 avril 2021, au palais de Kosyam, une délégation de l’Ordre national des Pharmaciens. Dr Alfred Sandouidi, président de l’Ordre, a fait le point de la visite à la presse, au sortir de l’audience.

Selon le président de l’Ordre national des Pharmaciens, Dr Alfred Sandouidi, il a été essentiellement question de venir solliciter le très haut patronage du président du Faso lors du 20e anniversaire de l’Ordre national des Pharmaciens et de son 8e congrès. « Nous sommes venus échanger avec lui par rapport à l’organisation du 20e anniversaire de l’Ordre national des Pharmaciens et de son 8e congrès (du 18 au 20 novembre 2021). L’essentiel des discussions ont été autour de cela. Le thème de notre congrès et de notre anniversaire sera : « le Pharmacien face aux défis des innovations techniques et technologiques ». Il s’agira pour la profession de faire une introspection. Voir en 20 ans, qu’est-ce que nous avons fait ? Qu’est-ce qui a marché ? Avec des perspectives de développement du secteur pharmaceutique burkinabé. Nous avons sollicité que tout cela soit placé sous son très haut patronage, et on se félicite qu’il ait accepté. », a-t-il indiqué.

La question de l’accès des populations aux médicaments essentiels génériques, à en croire le propos du président de l’Ordre, a également été au centre des échanges avec leur hôte. « Nous avons pu échanger également autour de la question de l’accès des populations aux médicaments essentiels génériques de qualité notamment », a-t-il dit, ajoutant que : « nous avons partagé sa vision qui est que le Burkina, au regard du contexte Covid, doit prendre les dispositions utiles pour pouvoir produire des médicaments de qualité dans notre pays et s’il faut importer, donner tout le cadre règlementaire pour faciliter les importations ».

Une question, qui est une préoccupation que nous avons partagée avec lui, c’est la question de la démographie pharmaceutique, a-t-il poursuivi. « Aujourd’hui, dans le secteur pharmaceutique, nous avons plus de 1 500 étudiants en formation (de la 1re à la 6e année). Il faut déjà qu’on planifie le recrutement des pharmaciens futurs, c’est maintenant qu’il faut y penser. », a estimé Alfred Sandouidi.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Latribunedufaso.net

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.