Direction générale de l’ONI : Sié Tiéfi Dabiré officiellement installé

Nommé en conseil des ministres le mercredi 8 juin 2022, Directeur général (DG) de l’Office national d’identification (ONI), Sié Tiéfi Dabiré a été installé dans ses fonctions. Cela lors d’une cérémonie officielle ce mardi 21 juin 2022 à Ouagadougou, sous la présidence du Secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS), Sié Edgard Sou.

C’est en remplacement de Kayaba Aristide Béré que Tiéfi Dabiré a été installé ce mardi 21 juin 2022 en tant que Directeur général (DG) de l’Office national d’identification (ONI). Adressant ses félicitations à celui qui a été choisi pour prendre sa place, Kayaba Aristide Béré qui est arrivé à ce poste le mardi 23 octobre 2018, avait défini plusieurs axes afin de réaliser sa lettre de mission. Il s’agit entre autres de la mise en place d’un organigramme opérationnel, l’assurance de la cohérence des buts, susciter une adhésion totale de l’ensemble du personnel et mobiliser de façon synergique toutes les potentialités, et imposer une gestion apaisée.

De ses dires, ces axes ont permis de relever plusieurs défis dans différents domaines, dont celui de l’organisation institutionnelle, de la déconcentration et de la gestion du personnel. Pour le cas institutionnel, la direction a élaboré un plan stratégique de développement institutionnel de l’ONI 2020-2022, un plan stratégique de communication, un règlement intérieur de l’ONI, le plan de formation du personnel, sans oublier qu’une mise en place des organes consultatifs, une description des postes de travail et une relecture des statuts de l’ON ont été faites. L’action de la déconcentration elle, a permis de diligenter la production et la délivrance des Cartes nationales d’identification burkinabè (CNIB) et de rapprocher les services de l’identification du citoyen burkinabè. Quant aux actions qui ont été menées pour la gestion du personnel, cela a, selon le DG sortant, permis d’améliorer les conditions de vie, d’encourager, de motiver et de fédérer le personnel. « Ce sont entre autres la nomination des agents dans les emplois permanents, l’organisation pour la 1re fois des examens professionnels pour permettre aux agents de jouir de leur droit de promotion, l’instauration d’une assurance santé au profit du personnel, etc. », a-t-il affirmé. Tout en ajoutant que les différentes actions ont permis de produire et délivrer 6 774 135 CNIB et 227 683 passeports, ce qui correspond à 16 935 337 500 de francs CFA en termes de recettes pour la production des CNIB et 11 383 150 000 de francs CFA en termes de recettes des passeports.

Ainsi, Kayaba Aristide Béré estime que l’ONI  se porte très bien parce qu’au regard des programmes d’activités faits pour l’année 2022, l’Office se présente avec un taux d’autofinancement de plus de 100%.

De ce fait, le DG entrant, Sié Tiéfi Dabiré, n’a pas manqué de le féliciter pour le travail accompli durant ces années et de rassurer qu’il va s’atteler  à la poursuite des œuvres.  « L’identité étant un socle de la reconnaissance juridique de la personnalité, je vous rassure, mon frère Béré, que cette grande et permanente œuvre d’identification sera poursuivie sans relâche », a-t-il promis. Toutefois, il a espéré pouvoir compter non seulement sur l’accompagnement de la hiérarchie, mais aussi et surtout de tout le personnel de l’ONI, afin de continuer sa mission qui est d’assurer l’identification nationale des personnes pour la sécurité et le développement du Burkina Faso.

Le Secrétaire général (SG) du Ministère de  l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS), Sié Edgard Sou lui, a saisi l’occasion pour adresser également ses félicitations au DG sortant pour l’énorme travail qu’il a abattu pour stabiliser l’ONI, et lui souhaiter une bonne suite de confiée. Il a aussi félicité le DG entrant pour sa nomination, tout en lui souhaitant de réussir la mission qui lui est confiée.

Haramy Son

Latribunedufaso.net

Partagez

Burkina Faso : La Banque mondiale fait un point sur la réalisation de ses projets

Ce mardi 21 juin 2022 s’est tenue à Ouagadougou, la revue conjointe du portefeuille des projets et programmes financés par la Banque mondiale au Burkina Faso, sous le thème : « La performance du portefeuille dans un contexte de crise : quelles approches innovantes pour une mise en œuvre efficiente des projets et programmes financés par la Banque mondiale ? ».

L’objectif de cette revue conjointe du portefeuille des projets et programmes financés par la Banque mondiale au Burkina Faso était de permettre aux deux (2) parties de faire le point sur la réalisation des opérations et de proposer des solutions pour un meilleur impact sur les populations bénéficiaires.

En effet, la Banque mondiale (BM) est l’un des partenaires privilégiés du Burkina Faso. Elle intervient dans le pays à travers le financement des projets et programmes dans plusieurs secteurs notamment l’éducation, l’agriculture, la santé, l’eau et l’assainissement. De 2018 à nos jours, le portefeuille de ses opérations a pratiquement doublé. Il est passé de 1,7 milliards de dollars américains à plus de 3 milliards de dollars américains.

En dépit de cette forte mobilisation des ressources pour le financement des opérations dans le pays, les crises persistent et les vulnérabilités demeurent dans certaines zones. Des dires de la Représentante de la Banque mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Mbow Fam, la crise sécuritaire que traverse le pays a ralenti l’exécution des opérations et a impacté la performance globale du portefeuille. Cela s’est traduit par le surenchérissement des coûts, des difficultés de supervision physique des activités, un niveau d’exécution relativement faible et des risques élevés de non atteinte des objectifs de développement des projets dans les délais impartis.

Face à cette situation, elle estime qu’il était impératif de repenser l’exécution des projets, afin de s’orienter résolument vers la performance pour l’atteinte des objectifs de développement. D’où la présente rencontre qui, selon le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Abel Seglaro Somé, va permettre à la Banque mondiale et au gouvernement burkinabè d’évaluer  le niveau de satisfaction de la mise en œuvre des projets dans ce contexte de crise que traverse le pays, et de faire des propositions de solutions pour une meilleure exécution.

Déjà, Maïmouna Mbow Fam a confié que le thème retenu pour les travaux a déjà fait l’objet  de réflexions au niveau de la Banque mondiale. Ce qui a permis d’identifier  des contraintes à la mise en œuvre des opérations, notamment la lenteur dans la délivrance des avis de non-objection, et la lourdeur des procédures de sauvegardes environnementales et sociales, et de passation des marchés.

De ce fait, la Banque envisage faire baser les Chargés de projet à Ouagadougou pour fluidifier le traitement des dossiers et la délivrance des avis de non-objection. Par ailleurs, elle attend du gouvernement burkinabè, une supervision plus accrue des projets de la part des ministres de tutelle. « Ces derniers pourraient instaurer une coordination, au moins mensuelle, avec les unités de gestion des projets dans l’optique  de passer en revue toutes les difficultés et d’instaurer  une culture de performance et de redevabilité », a souhaité la Représentante de la Banque mondiale au Burkina Faso.

Issouf Tapsoba

Latribunedufaso.net

Partagez

Projet multiplex de la TNT : Le comité de suivi et d’orientation tient sa 1re rencontre

Ce mardi 21 juin 2022 à Ouagadougou, le Directeur de cabinet du Ministère en charge de la communication, Léopold Kaboré a, au nom de la ministre Valérie Kaboré, procédé à l’installation des membres du comité de suivi et d’orientation du projet multiplex de la Télévision numérique terrestre (TNT). Le lieu également pour le comité de tenir sa 1re session de travail.
Lire la suite…

Partagez

Communauté musulmane du Burkina Faso : El hadj Moussa Kouanda prend officiellement les commandes

Le 13e congrès de la Communauté musulmane du Burkina Faso (CMBF), tenu du vendredi 22 au dimanche 24 octobre 2021, a retenu El hadj Moussa Kouanda comme Président de ladite communauté, en remplacement d’El hadj Abdourahmane Sana. C’est ainsi que ce samedi 18 juin 2022 à Ouagadougou, il a été officiellement installé par les 13 grands Imans des 13 régions du Burkina Faso. Lire la suite…

Partagez

Université Joseph Ki-Zerbo : le Pr Jean François Kobiané prend officiellement les rênes

Ce jeudi 16 juin 2022, le Secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Issa Somé a, au nom du ministre du département, Frédéric Ouattara, procédé à l’installation du nouveau Président de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Pr Jean François Kobiané.
Lire la suite…

Partagez

Lutte contre le travail des enfants : Le Burkina commémore la journée mondiale

Chaque année, 12 juin, le ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale ( MFPTPS) commémore la Journée mondiale contre le travail des enfants (JMTE). Cette année la cérémonie officielle, marquant la commémoration en différé s’est tenue ce mardi 14 juin 2022, à Ouagadougou, sous le thème « Protection sociale universelle pour mettre fin au travail des enfants ».
Lire la suite…

Partagez

Burkina Faso : Le MPAP annonce la 2e édition des Ambassadeurs de Paix Awards

Ce jeudi 9 juin 2022, à Ouagadougou, le Mouvement pour la culture de la paix et l’amour de la patrie (MPAP) était face à la presse. Il a annoncé la tenue de la 2e édition des APA, le 8 juillet prochain, dans la salle des banquets de Ouaga 2000. Cette activité vise à récompenser les hommes et les femmes qui œuvrent à l’ombre et à l’abri des regards, au retour de la paix au Burkina Faso. 
Lire la suite…

Partagez