Conservation des sites et forêts sacrés au Burkina Faso : Les associations NATUDEV et ASAPAC-BF engagées

L’association Nature et développement (NATUDEV) et l’Association nationale des aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire du Burkina Faso (ASAPAC-BF) organisent du mardi 21 au vendredi 24 septembre 2021 à Ouagadougou, la 1re assemblée nationale des Aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire (APAC-Territoires de vie). Intervenue ce mardi 21 septembre 2021, la cérémonie d’ouverture de ladite assemblée a connu la présence du ministre des ressources animales et halieutiques, Tegwendé Modeste Yerbanga, représentant du ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Siméon Sawadogo. 

Au Burkina-Faso, les espaces sacrés, boisés (forêts villageoises, aires et mares pastorales, zones villageoises d’intérêt cynégétique, points d’eau sacrés, etc.) existent un peu partout et serviraient généralement de lieux de culte pour les populations. Cependant, leur existence semble être de plus en plus menacée par l’urbanisation galopante et certaines actions anthropiques.

C’est pour contribuer à la résolution de ce problème que l’Association nationale des aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire du Burkina Faso (ASAPAC-BF) a entamé des actions depuis plusieurs années, d’où la première assemblée nationale des Aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire (APAC-Territoires de vie) au Burkina Faso. « Cette rencontre s’inscrit dans un processus d’extension et d’encrage de la dynamique de la structure depuis 2015 », a confié le Coordonnateur régional du consortium mondial APAC pour le Sahel, Alexis Kaboré, par ailleurs président de l’association Nature et développement (NATUDEV).

Ainsi, ce sont principalement des représentants de communautés villageoises du Burkina Faso et d’autres pays du Sahel dont le Mali, le Niger, le Sénégal et le Tchad, porteurs d’expériences inspirantes en matière de gouvernance communautaire durable d’espaces naturels qui se réuniront durant ces quatre (4) jours pour mener des réflexions sur la conservation des ressources naturelles au Burkina Faso, à travers l’approche des APAC-Territoires de vie, qui serait une nouvelle approche internationalement reconnue pour sa pertinence dans la conservation de la biodiversité et l’amélioration des conditions d’existence des populations par la valorisation durable de leurs patrimoines naturels. Selon le Président de l’ASAPAC, Issaka Yamba, « cette assemblée nationale, qui est à sa première édition, apparait comme un cadre approprié de partage d’expériences dans la gestion des APAC-Territoires de vie», a-t-il fait savoir.

C’est pourquoi le ministre des ressources animales et halieutiques, Tegwendé Modeste Yerbanga, au nom du ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Siméon Sawadogo, président de cette cérémonie d’ouverture, a félicité les organisateurs pour cette nouvelle approche de conservation de l’environnement et de la biodiversité. Il a également profité de l’occasion, pour les rassurer du soutien inconditionnel du gouvernement dans cette nouvelle approche de protection des forêts et lieux sacrés au Burkina-Faso.

Alizèta Zouré (Stagiaire)

Latribunedufaso.net

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *