Conseil présidentiel pour l’investissement : Christophe Dabiré donne des directives

La 2e session du Conseil interministériel de suivi (CIS) des recommandations du Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI) s’est déroulée, lundi 12 octobre 2020, au premier ministère, et donc sous la présidence du chef du gouvernement, Christophe Dabiré. Il a été question pour les membres de ce conseil, d’examiner le rapport du comité technique de suivi (CTS) sur la mise en œuvre des différentes mesures et actions que les départements ministériels concernés étaient censés prendre afin de répondre aux recommandations du Conseil présidentiel pour l’investissement. Ce fut également l’occasion pour le premier ministre de donner des directives pour améliorer efficacement le suivi des recommandations du CPI.

Le secrétaire permanent du Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI), Dr Édouard Tapsoba, et le ministre du commerce, Harouna Kaboré, se sont fait le porte-voix du conseil à l’issue des travaux. Des dires du secrétaire permanent, les observations du premier ministre sur le rapport transmis par  le comité technique de suivi des recommandations, est qu’il faut, d’emblée, rationaliser et prioriser les actions à mettre en œuvre ; et qu’ensuite, les échéances pour la réalisation des différentes actions soient réalistes.

Harouna Kaboré, ministre du commerce, a pour sa part expliqué qu’au niveau de son département, la préoccupation centrale est celle des infrastructures (zones industrielles, zones économiques spéciales, etc.) à réaliser, qui permettent au secteur privé d’investir. S’agissant du ministère des mines, il soutient que l’idée est de regarder si l’ensemble des textes d’application du code minier ont été mis  en place pour permettre une efficacité en termes d’attraction du Burkina pour un investissement dans le secteur. Terminant avec le ministère de la Justice, il avance que les investisseurs attendent qu’il y ait équité dans le traitement des problèmes éventuels qui pourraient survenir.

Christophe Dabiré a salué la contribution considérable du conseil aux efforts du gouvernement pour faire du Burkina Faso une destination privilégiée des investisseurs privés, notamment  les investissements directs étrangers.

En rappel, c’est dans le but de mener des réflexions stratégiques sur les obstacles aux flux des investissements au Burkina Faso que par le décret n°2007-739/PRES du 19 novembre 2007, le Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI) a été créé. En tant qu’organe consultatif, sa mission est de faire des recommandations au gouvernement en vue d’obtenir une croissance économique grâce aux investissements du secteur privé. Présidé par le Président du Faso, le CPI est composé d’une trentaine de membres (nommés par le Président du Faso lui-même). Ledit conseil se compose pour moitié, des acteurs du secteur privé étranger et pour une autre moitié, des acteurs du secteur privé national.

Tiba Kassamse Ouédraogo (stagiaire)

Latribunedufado.net

Suivez-nous sur:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 10 =