Santé de la reproduction : Des Journalistes à l’école de Marie Stopes Burkina

Dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de la contraception, célébrée le 26 septembre de chaque année, l’Organisation non-gouvernementale (ONG), Marie Stopes Burkina Faso, organise à l’intention des Hommes de média, une rencontre visant au renforcement de leurs connaissances sur la santé sexuelle et reproductive et les violences basées sur le genre. Prévue pour durer deux jours soit du 29 au 30 septembre 2020, la cérémonie officielle d’ouverture de la rencontre d’information est intervenue le mardi 29 septembre 2020, à Banfora, dans la région des Cascades et a vu le lancement officiel de l’équipe mobile de Banfora, qui y intervient depuis plus d’une année.

Renforcer les connaissances des Hommes de média, dont la mission première est d’informer les populations où qu’elles se trouvent, sur la santé sexuelle et reproductive et les violences basées sur le genre ; tel est l’un des objectifs principaux de l’Organisation non-gouvernementale(ONG), Marie Stopes Burkina Faso, en initiant la rencontre de Banfora.

Le Secrétaire général de la région des Cascades, représentant le Gouverneur de la région des Cascades, Mahamad Michara, n’a alors pas caché la joie, la satisfaction et la gratitude de la première autorité de la région d’accueillir la rencontre annuelle de Marie Stopes avec les Hommes de média, mais aussi en ce qui concerne les interventions de l’ONG pour les populations. « Nous sommes honorés que l’ONG Marie Stopes Burkina Faso ait choisi la capitale de la région des Cascades pour l’organisation de sa rencontre annuelle avec la presse…je tiens à exprimer mes sentiments de satisfaction et de gratitude à l’égard de Marie Stopes Burkina, pour tous les efforts et les différents sacrifices que vous faites en vue d’accompagner les populations dans la sensibilisation et le choix des méthodes de planification familiale », a-t-il lu.

Selon Sylvain Ricard, Représentant résident de Marie Stopes Burkina Faso, chaque année, il y a environ 66 millions de grossesses non désirées et plus de 500 000 décès liés aux grossesses au niveau  mondial. Aujourd’hui, au Burkina Faso, poursuit-il, plus de 80%  des femmes affirment avoir entendu parler d’au moins une méthode contraceptive moderne, mais seulement 22% des femmes en union en utilisent une. Il avance en outre que les défis majeurs pour atteindre les objectifs fixés dans le plan national d’accélération du plan de la planification 2017-2020 sont le faible accès aux informations fiables sur la planification familiale, la faible capacité de prestation de services de bonne qualité dans les communautés rurales et la non-disponibilité des produits.

« Dans la région des Cascades, Marie Stopes Burkina Faso est présente avec deux miss ladies (sages-femmes) basées à Banfora et Sindou, et, depuis peu, une équipe mobile basée à Banfora, couvrant une grande partie de la région », a-t-il déclaré avant de justifier le redéploiement de l’équipe mobile de Banfora par le fait que la région des Cascades est une zone très active économiquement.

Après son engagement pris l’année dernière, celui d’étoffer et de diversifier l’offre de ses services passant par le dépistage du cancer du col de l’utérus, du VIH, et des infections sexuellement transmissibles, Marie Stopes Burkina s’est de nouveau engagée, cette année, à lutter contre les violences basées sur le genre. « Cette année, Marie Stopes Burkina Faso s’engage dans la lutte contre les violences basées sur le genre, en lançant une stratégie de prise en charge intégrée des survivants de violences basées sur le genre », a indiqué Sylvain Ricard.

Ce sont environ 50 journalistes issus de divers médias (presse écrite, en ligne, radio et télévision) des 13 régions du Burkina Faso, et qui partagent un intérêt commun pour les sujets relatifs à la santé sexuelle et reproductive qui sont concernés par cette rencontre d’information. En marge de la cérémonie d’ouverture, l’équipement mobile composé d’une tente, d’une moto et d’un véhicule médicalisé a été présenté.

Pour rappel, Marie Stopes Burkina Faso a été créée en 2009, comme filiale de Marie Stopes internationale, ONG internationale à but non lucratif avec une mission : « enfants par choix et non par surprise ». A travers ses quatre cliniques basées à Ouagadougou, Koudougou et Bobo-Dioulasso, elle  offre une gamme complète de services en santé sexuelle et de la reproduction. Elle intervient également sur tout le territoire à travers neuf équipes mobiles, 34 miss ladies (sages-femmes) et plus d’une centaine de Centre de santé de promotion sociale (CSPS). En 2015, elle a créé un centre d’appel national pour les prestataires, partenaires et clients…le numéro vert est le 3005.

Tambi Serge Pacôme Zongo

Latribunedufaso.net

Suivez-nous sur:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 ⁄ 4 =